C’est avec le cœur lourd que je suis le développement de la triste nouvelle qui se déroule sous nos yeux. 

Encore un drame familial impliquant un père, de la violence et de la détresse psychologique que personne n’est apte à comprendre.

Turcotte, Hugo Fradette, Jonathan Pomares, Benoit Cardinal et là possiblement Martin Carpentier CALICE ça va faire !!

Je comprends que plusieurs puissent être dans un état d’esprit difficile dans les moments les plus sombres de leurs vies, mais que ces situations se terminent si souvent en tragédie, c’est inacceptable et complètement incompréhensible.

Comment comprendre un geste d’une telle fatalité ? Une action irréversible où deux petits anges ont payé de leurs vies; résultat d’une histoire de grands pour lesquelles ils étaient nullement responsables.

Comme dans un mauvais conte, la haine, l’esprit de vengeance et la peine ont triomphé sur la raison et l’amour. Une dernière page “mal écrite” qui transforme ce qui aurait pu être une belle histoire en tragédie parce que l’auteur aura choisi de l’écrire avec du sang.

En tant que père, comment fait-on pour en arriver là !?

Comment peut-on ne pas sentir qu’on a si cruellement besoin d’aide ? Que notre cerveau ne fonctionne plus correctement, que nos sentiments altèrent notre jugement et que la lâcheté prend le dessus sur notre principale responsabilité, celle d’être le protecteur de nos enfants ?

La question qui me revient sans cesse à l’esprit, c’est pourquoi lui et les autres qui ont commis les mêmes atrocités n’ont pas su tendre la main et demander de l’aide à temps ?

Il y a pourtant beaucoup de ressources en place au Québec dans le domaine. Ok, cent fois moins que pour les femmes, mais il en existe tout de même plusieurs.

En 2018, suite à un épuisement professionnel, j’ai du mettre un genou à terre…

Il y a les maisons oxygène qui offrent un repos mérité aux pères dans le besoin, le réseau d’aide À cœur d’homme, il y a LigneParents, les alcooliques anonymes qui sont là pour toutes sortes de dépendances, il y a aussi le centre Autonhommie avec qui nous travaillons et qui se spécialise dans le traitement de la colère et la gestion des émotions négatives chez les hommes et bien d’autres. (voir la fin de l’article pour plus d’informations)

Il y a aussi notre groupe, la Ligue des Cool Dad qui dénombre plus de 23 000 papas québécois remplis de bonnes intentions et toujours disponible pour aider et écouter un père dans le besoin. Ce beau groupe offre aussi du support 24 sur 24h à travers le #TeamsupportCoolDad: des papas triés sur le volet qui sont toujours là pour écouter et encadrer des hommes en crise. 

Viarge ! Il y a même Jeff (celui avec des cheveux) qui reçoit gratuitement des Cool Dad dans son garage quasiment chaque jour à l’aube pour s’entraîner avec lui et leur offrir conseil, écoute et encadrement.

Mais maudit que les gars ont encore de la misère à parler, à se confier et à demander de l’aide quand ça va mal. 

 C’est juste tellement pas un réflexe masculin tsé!

On est cousu de cette étoffe, élevés avec l’exemple de nos pères et de leurs pères avant eux; la vieille garde patriarcale n’aura jamais encouragé les hommes à être près de leurs émotions, à les assumer et à s’ouvrir dans les moments difficiles. Les hommes devaient travailler fort, ne pas se plaindre et faire ce qu’il faut, tout le temps. Pour l’homme, la dépression et les maladies mentales sont encore des sujets tabous et ceux qui en souffrent ont plus souvent droit à un lynchage, des moqueries et des jugements malveillants de leurs compères (ou con-pères), plutôt que l’aide dont ils ont tant besoin.  

Les héros des films des années 80-90 c’était pas des tendres …

On a grandi avec comme modèles des Super Héros, qui malgré la douleur et les épreuves, étaient toujours là pour sauver la veuve et l’orphelin sans broncher. Un bras arraché pas grave !? J’ai pas mal, j’arrive, je m’en occupe! Pense à Rambo, Rocky, John Mclane dans Die Hard, Arnold Schwarzenegger, etc. C’est pas des farces, même le petit Kevin dans maman j’ai raté l’avion repousse deux voleurs par lui-même avec les moyens du bord et sans demander d’aide ! 

Quand on se faisait mal à l’école et qu’on pleurait, on se faisait traiter de moumoune. On voyait les gars trop proches de leurs émotions se faire niaiser, intimider et mal mener. On s’est convaincu que les gars, ça ne se plaint pas et ça ne ressent rien, sinon c’est une fille. Dans notre masculinité mal placée, on en est venu à voir des traits plus répendus chez l’autre sexe comme un défaut ou une faiblesse.

Mais quelle erreur !

Si tu ne me crois pas, pense juste à comment un père qui prend un long congé parental se fait juger à sa job. Celui qui se fait arrêter par son médecin pour une dépression. Un gars qui pleure, car il a de la peine de s’être fait laisser ou qu’il est à bout. Sois honnête et reconnais que c’est rarement des bons mots qu’on entend se dire dans son dos… 

Même si je trouve son geste totalement inacceptable, je suis tout de même capable de comprendre qu’en 2020, un homme en détresse n’aie pas encore le réflexe de demander de l’aide alors qu’il en avait clairement besoin. 

Quand le mur de tes problèmes t’assaille et t’obsède, qu’il t’empêche de voir plus loin que ta triste réalité d’aujourd’hui, sache que tu n’es plus apte à prendre les bonnes décisions pour toi et les tiens et que c’est à ce moment que tu dois réunir tes dernières forces non pas pour un dernier combat mais pour rassembler  le courage nécessaire afin de tendre la main et demander de l’aide. 

Tes pires problèmes d’aujourd’hui ne sont pas le reflet de ta réalité de demain. 

 

Et toi, lui et nous autres, en tant que village, soyons à l’affût des gens autour de nous qui souffrent et qui sont en détresse. Elle existe encore cette responsabilité collective de veiller sur les petits êtres fragiles de notre société quand ceux pour qui c’est le devoir de le faire n’en sont plus capables. Si vous connaissez quelqu’un qui vit une situation difficile, même s’il a l’air d’aller, n’hésitez pas à prendre de ses nouvelles et à vous assurer qu’il est bien entouré, qu’il est au fait des ressources offertes en cas de besoin et qu’il sache que même les pires tempêtes finissent par passer.

Peut-être qu’on vous reprochera d’être paranoïaque ou de ne pas vous mêler de vos affaires, mais dites-vous qu’un orgueil froissé et quelques malaises sont beaucoup plus faciles à réparer qu’un geste rempli de fatalité aussi irréparable que le décès de ces deux petites étoiles. En gros et de manière vraiment crue et graphique, c’est plus facile de patcher une chicane avec un chum qui feel pis qui te trouve fatiguant avec tes questions que de remettre le sang dans un enfant.

Et toi le papa qui a le cœur brisé, qui ne file pas, qui est colérique, qui se sent incompris et qui ne trouve pas sa place nulle part; OUI! OUI! C’EST À TOI QUE JE PARLE MON CHUM ! Toi qui fait semblant que tout va bien et qui garde le sourire en public mais qui noie son mal-être dans la boisson, la drogue, la pornographie et d’autres comportements destructeurs pour toi et les tiens, sache que même si ta femme, ta job, tes ennuies financiers, ton ex etc te font souffrir, n’oublie jamais que d’avoir donné la vie à un enfant ne te donnera en AUCUN cas le droit de lui reprendre l’étincelle de vitalité qui l’habite et qu’une foule de ressources et d’outils seront toujours là pour t’épauler et t’empêcher de faillir dans ton rôle de père.

 Ta femme, tes enfants et ta communauté comptent sur toi et il t’incombe de tout faire pour leur offrir l’homme que tu peux être; celui qu’ils méritent de côtoyer chaque jour.

En terminant, je voudrais souhaiter mes plus sincères condoléances à la famille et à toutes les personnes qui ont été touchées de près ou de loin par cette tragédie. Mon cœur de papa saigne et mes pensées les plus sincères vous accompagnent. 

De notre côté, avec l’aide de la Fondation Cool Dad, nous allons continuer d’agir et de contribuer à ce que le plus d’hommes possibles comprennent que faire preuve de faiblesse, ce n’est pas de mettre un genou par terre et demander de l’aide, mais bien de s’entêter à tout surmonter seul et à finir dans un état si pitoyable que la seule solution envisageable par ton esprit torturé est de t’en prendre à toi même, tes proches ou tes enfants.

Pour vous, mes deux petits anges plein de bonté, j’espère que vous êtes maintenant dans la lumière et que vous veillerez sur vos proches ici-bas, ils ont tant besoin de vous en attendant que le temps vienne panser la plaie douloureuse qu’aura laissée votre triste départ précipité.   

Jean-François Lacombe

#lautrejeff

Merci de partager ce texte et l’idée derrière celui-ci afin de peut-être aider un parent vivant une situation difficile dans le secret. Voici quelques ressources d’aide disponibles qui pourraient grandement vous aider : 

La Ligue des Cool Dad : https://www.facebook.com/groups/967931673353739/?ref=share

Les Maisons Oxygène : https://maisonsoxygene.ca/

Réseau d’aide aux hommes pour une société sans violence: http://www.acoeurdhomme.com

Centre de ressource pour homme Autonhomie : https://autonhommie.org/

Centre de Prévention du suicide : 1-866-277-3553

Ligne parents 7/7 24/24: 1-800-361-5085

Alcoolique Anonyme : https://www.aa.org/pages/fr_FR/need-help-with-a-drinking-problem

Produits

Instagram

Instagram a retourné des données invalides.

suivez-moi !