Suite…

Je n’ai pas osé, mais j’avais la question sur le bout des lèvres: “ si dans trois ou quatre ans, vous décidiez d’essayer un dernier coup, pour possiblement avoir un garçon?

Mais j’ai gardé le silence…

Oui c’est difficle, t’en as 2, 3 ou même 4 et vous êtes dans le jus, mais la vasectomie, c’est appliquer une solution permanente à un problème souvent temporaire.

Ton couple va peut-être bien maintenant, mais n’oublie pas que c’est plus d’un couple sur deux qui prend le bord. Vous avez 50% des chances de ne plus être ensemble dans quelques années.

Te faire couper le canal vie parce ta famille est complète, c’est penser que ta famille est éternelle. Je te confirme ceci, la vasectomie est pas mal plus permanente que le portrait que tu te fais de ta famille aujourd’hui!

Savais-tu chaque que année, 4% des hommes ayant subis une vasectomie se font “rebrancher” au Québec? On parle de plus de 500 par année. Et ça n’inclus pas tous les hommes qui voudraient redevenir père, mais qui, conscients des faibles taux de réussites, du coût (plus de 3000$) et da la complexité de la procédure choisissent de faire leurs deuils et de ne pas revenir en arrière.

C’est un pensez-y-bien!

Je ne te dis pas de refuser la procédure à tout prix, mais ce n’est pas pour rien qu’on la qualifie de plus grandes des petites opérations. C’est minime, presque sans risques et plutôt rapide, mais ça va t’enlever à jamais , ce qui t’aura permis de vivre le plus beau moment de ta vie, la naissance de tes enfants.

Prends ton temps, ne te laisse pas influencer et surtout, fais-le pour toi, si t’es bien certain de n’avoir aucune envie de redevenir père, avec personne.

S’il y a des cliniques qui se spécialisent dans la vasovasectomie, c’est qu’il y a un paquet de gars comme toi, qui se sont laissé couper un peu trop vite.

Je te raconte la mienne bientôt, dès que j’ai trouvé quoi faire comme recette avec 4 sacs de pois congelés!

T’es rendu là? On t’en parle? C’est fait? 

 

Produits

Instagram

Instagram a retourné des données invalides.

suivez-moi !