Pas de prison pour une mère enlève son enfant pendant 18 mois.

La nouvelle est passée un peu sous le tapis, mais on avait le goût d’en parler un peu avec vous, car honnêtement, on ne sait pas trop quoi en penser….

Cette semaine, une mère de 41 ans de la région de Joliette a reçu une peine de 8 mois de prison à domicile pour avoir enlevé son bébé de deux ans et avoir fui en Grenade pendant un an et demi.

La mère, qui avait à plusieurs occasions, demandé au père de signer les documents de passeport, a aussi été reconnue coupable d’avoir contrefait sa signature avant le départ.

En juillet dernier, le père du bambin s’était donc rendu au domicile de son ancienne conjointe pour récupérer l’enfant pour la semaine et c’était retrouvé devant un logement entièrement vide. La mère, dont l’identité est protégée, avait quitté le Québec pour la Grenade, son pays d’origine, de façon permanente.

Environ 4000 kilomètres séparent la Grenade du Québec.

Environ 4000 kilomètres séparent la Grenade du Québec.

C’est seulement à son retour, 18 mois plus tard, que l’homme à finalement pu avoir des nouvelles de son garçon, une fois la mère appréhendée à l’aéroport Trudeau de Montréal. Les raisons de son retour sont toujours inconnues.

En plus de devoir passer 8 mois à la maison, la femme a été condamnée à 150 heures de travaux communautaires.

Il est important de noter que la “prison à domicile” permet à la personne condamnée de quitter sa résidence pour aller travailler et faire les courses essentielles, épicerie, banque, etc.

Vous imaginez, ne plus voir ni avoir de nouvelles de votre enfant pendant 18 mois, avec en tête la possibilité de ne plus jamais le revoir?

C’est triste, mais je suis prêt à parier que si le père avait fait la même chose, la sentence aurait été beaucoup, beaucoup plus sévère.

L’égalité des sexes, c’est pas juste bon pour les salaires et les conditions d’emplois, ça passe aussi par l’égalité des parents.

Instagram

Instagram n'a pas retourné le status 200.

suivez-moi !